Radio Goree Network

Transmettez l'Information

Les Sidis afro-indiens, descendants des esclaves déportés du Mozambique vers L’État de Goa, en Inde

Les Sidis afro-indiens, descendants des esclaves déportés du Mozambique vers L’État de Goa, en Inde

Information transmise par Amigos de Moçambique (Edith Bonnet)

Conférence en portugais et français.

L’histoire de la traite esclavagiste s’est focalisée sur la traite Atlantique.

Or la traite vers l’Océan Indien et Pacifique fut aussi importante. Elle commence depuis  quelques années à retenir l’attention du monde scientifique occidental.

En Inde, les descendants d’Africains sont appelés « Sidis », Il y en a actuellement moins de cent mille.

Beaucoup viennent du Mozambique.

Ils ont été souvent marginalisés, mais très souvent ils vivent en symbiose avec les Indiens de souche .

Ils ne constituent pas un ensemble culturel ou biologique. Certaines communautés sont fort métissées, d’autres pas.

Ils ont adopté les religions locales, chrétiennes ou musulmanes, et les mariages entre Sidis se font dans le cadre de ces religions.

Sous l’influence de la mondialisation de leur musique, de colloques scientifiques et de mouvements de défense des minorités dites « Dalits », autrefois « Intouchables », un sentiment de communauté ethnique Sidi est en marche.

L’avenir dira si c’est un bien.

E. Vincke

Date:le 13 mai 2011 – 20 h

Lieu: Horloge du Sud (141 rue du Trône)
Site Internet: http://www.amigos-de-mocambique.org/

===========================-@

Une population noire en Inde : Les “Cidjes”.

(Le texte ci-dessous date de 1996) Le correspondant de la BBC radio, le mardi 22 octobre 1996, entre 07h et 07h 25mn, faisait son reportage sur une population noire (d’origine africaine) en Inde. Cette population est connue sous le nom de “Cidjies” (Je ne suis pas certain de la prononciation) et habite une région du nom de “Jambor

ou Jambol. D’après ce reportage radio, l’histoire et le lieu d’origine de cette population seraient un mystère pour les historiens. Cette population parlerait une langue “inconnue”. Mais cette population danse, chante et possède des instruments de musique, des tambours si j’ai bien compris. Je pense, que les instruments de musique de cette population sont un indice (entre autres) pouvant permettre d’identifier le ou les groupes africains avec lesquels elle a un lien, et dans ce cas, il s’agirait d’une partie de ce groupe qui s’est déplacée avec des instruments de musique hors du continent africain en direction de l’Inde. Cette population me semble isolée. Il y a de fortes chances pour que ses instruments de musique soient des instruments de groupe et non des instruments d’emprunt. Ils sont alors le ou un des codes d’accès à leur identité de groupe…

Ne pouvant me rendre en Inde, ce serait un plaisir, si par le biais de l’Internet, des musicologues, historiens et autres, universitaires et non universitaires pouvaient par leur situation locale et la connaissance de l’Inde, chercher dans cette direction. Par l’Internet les frais de recherches sont réduits et les chercheurs non reconnus peuvent apporter leur part de réponses et de questions aussi…

Voilà un mystère résolu !

 

==================================@+

Mbagnick Diouf, Pour Goree Network / Les Griots du Web 2011

 

le 13 mai 2011 – 20 h – à l’Horloge du Sud (141 rue du Trône)
A histéria do tratego esclavagista focalizou-se sobre 0 tréfego
Atlântico. Ora 0 tràfeqo através do Oceano Indico e Pacffico
foi também importante. Ha alguns anos para ca, este
assunto começa a interessar 0 mundo cientffico ocidental.
Na India, os descendentes de africanos sâo chamados “Sidis”.
Actualmente sâo cerca de cem mil. Muitos vieram de
Moçambique. Foram muitas vezes marginalisados, mas frequentemente
vivem em simbiose com os indianos de origem.
Nâo constituem um conjunto cultural ou biolégico.
Aigumas destas comunidades sâo bastante mestiçadas, outras
nâo. Adoptaram as religi6es locais, crlstâs ou muçulmanas,
e os casamentos entre Sidis realizam-se no seio dessas
religi6es.
Esta a surgir um sentimento de comunidade étnica Sidi, devido
à influência da rnondlallzaçâo da sua rnüslca, col équlos
cientfficos e movimentos de defesa das minorias chamadas
“Dalits”, dantes “Intocévels”. Se sera bom, 0 future nos dira .
E. Vincke
Categories: Agendas - Amigos de Moçambique - Histoire - Horloge du Sud - Immigrations - Les Cultures d'Afrique - Nations Nègres & Culture - Outdoor