Radio Goree Network

Transmettez l'Information

Les violences en Afrique noire (Chapitre 2)

Violences, pauvreté & guerres ! (Aujourd’hui)

Nelson Rolihlahla MandelaPar solidarité avec le peuple Tchadien qui est assassiné, nous publions cette page.

Les rêves de Nelson Mandela (Image de gauche), de Thomas Sankara ou Patrice Lumumba semblent à des à des légendes.

Nous traitons de la violence en Afrique avec la responsabilité des africains.

Les derniers événement au Tchad en ce 05-02-2008: La population originaire de pays développés (Expat) est évacuée (à juste titre ) par l’armée Française qui compte un contingent évalué à 1500 militaires stationnés en permanence au Tchad. Nous souhaitons échapper à cette question: ” Ou étiez-vous, qu’avez-vous entrepris comme geste lorsque nous étions sous le feu des armes ? ”
Lorsque la population indigène qui vit à N’Djamena prend le chemin de l’exode, les longues files sur les routes, vers des camps de réfugiés du Cameroun voisin. Aucune armée africaine pour les évacuer d’urgence, les aider, les soutenir ou prévenir la barbarie.
Les organisations humanitaires qui sont sur le terrain s’inquiètent aussi pour environ quelques 400.000 (sinon plus) personnes originaires du Soudan qui s’étaient réfugiées au Tchad.
Les Nations Unies demandent à la France d’intervenir au Tchad d’après la presse internationale du 05 février 2008.

La diaspora africaine « s’en fout » des événements en Afrique : Nous ne sommes pas concerné(e)s, nous ne sommes pas Tchadien(ne)s, un autre jour, nous ne sommes pas Congolais(e), un autre jour nous ne sommes pas Kenyan(ne)s… Des enfants soldats, des femmes violées…

A chacun son tour !
A voir les massacres entre africains, on a l’impression que ce groupe n’a aucun projet d’avenir.
Mais quelque soit le groupe vainqueur, dans moins d’un an ou deux, ils mendieront de l’aide internationale pour construire des infrastructures aujourd’hui détruites, ou une assistance humanitaire.

En être réduit à la mendicité pour un pays qui produit du pétrole…
Sur la scène internationale ils
ne trouveront ni les outils ni le financement pour construire des bibliothèques ou centre de recherches modernes.
Ils trouveront (à crédit, ou
sous forme de « don » contre plusieurs barils de pétrole) des outils de destruction de la culture et de ce qui reste de cette civilisation nègre, des outils de mort et les conseillers requis pour se maintenir au pourvoir.United States Of Africa

Image à droite : Il ne s’agit nullement d’un appel à la violence par les armes : veuillez comprendre le sens de cette peinture (acrylique sur toile h = 105 cm x l = 158 cm) mais d’y comprendre deux logiques :

La seconde de la montée de Patrice Lumumba sur le camion de sa déportation : La main qui tient le fusil est celle d’un soldat africain (congolais) Les couleurs : Basées sur celles des Rastafarians : pourrait être celles du drapeau officiel d’une Afrique Unifiée telle que proposée par Marcus Garvey.
Quelles sont les recherches scientifiques menées au Tchad, ces 10, 20 ou 50 dernières années ?
Les massacres et les emprisonnements arbitraires continueront aussi longtemps
Sani Abachaque l’Afrique ne sera pas Unifiée. A voir les deux camps qui s’affrontent au Tchad (pour prendre le pouvoir) nous sommes certains que le sous-développement continuera au moins sur une génération. Image de droite: Sani Abacha (1993-1998) Sale temps pour les populations africaines. Lorsque ces voleurs quittent le pouvoir, ils ont en général des centaines de € millions sur différents comptes bancaires disséminés à travers le monde, des palais : L’insolente indécence des nouveaux parvenus. Sani Abacha (1943-1998), »Président » du Nigeria de 1993-1998 . / Nigeria / 5 ans de présidence = $ environ 100 millions = $ 1,7 milliards. Sani Abacha, décédé en 1998, est soupçonné d’avoir détourné 2,2 milliards de dollars (1,7 milliard €), au préjudice de la Banque centrale du Nigeria, au préjudice du peuple du Nigéria (du peuple africain).
Isséne Habré avant hier, Idriss Deby hier, aujourd’hui des rebelles armés par on ne sait qui, les conducteurs d’esclaves ont pris le pouvoir en A
Sani Abachafrique noire et les populations trinquent. Selon le HCR. Quelques 20.000 personnes auraient quitté le pays… Image de gauche: Image de Reuters.
Mercredi 06 février 08 / Matin:
Dans un courriel que nous venons de recevoir d’Amnesty International, le 06 02 2008,
quatre dirigeants tchadiens de l’opposition ont été arrêtés par les forces de sécurité à N’Djamena le 3 février. Ces opposants politiques s’appellent :
Lol Mahamat Choua, Ngarlejy Yorongar, Ibni Oumar Mahamat Saleh et Wadel Abdelkader Kamougué.
Ils sont des personnalités renommées de l’opposition politique (pas des rebelles). Amnesty International « …redoute que ces quatre hommes ne subissent le même sort que les militaires et les civils détenus par les forces de sécurité après l’attaque menée par les groupes armés d’opposition contre N’Djamena en avril 2006. Le gouvernement tchadien persiste dans son refus de livrer des renseignements à leur sujet, de révéler leur état de santé ou même de confirmer s’ils sont toujours en vie. »
Mercredi 06 février 08 / Soir:
Dans les média Occidentaux, le Président en exercice, Idriss Debby n’exclut pas de faire usage de son droit de grâce concernant les français condamnés au Tchad et ramenés en France.
Traduction :
Si le Président exerce ce droit de grâce, les français (Arche de Noé) emprisonnés sur leur territoire national seraient libres. La justice Française traduirait dans les faits, la décision (grâce présidentielle) du droit Tchadien.
La population Tchadienne revient au pays, certains Expat.
aussi, le boulot peut recommencer demain.
Comme le dit quelqu’un : Malheur aux pauvres.

 

Pour Radio Goree Network / Les Griots du Web 2008, Nathalie Van Dijk, Eléonore Diallo et Moussa Niane.

Souhaitez-vous réagir : Réagir : être inscrit(e) d’abord !

Categories:
Nathalie,
A l’époque de la question (du problème) des Enfants de Noé, lire les articles publiés sur ce Blog par Jean-Pierre, déjà il était question d’intervention de la Communauté Européenne, il était question de troubles en préparation par des rebelles qui causeraient des troubles. La presse internationale relatait ces questions qui concernaient directement le Président Idriss Deby. Rien de neuf sous le soleil. Les affaires comme d’habitude, ils négocient.
Eléonore Diallo.
6 February 08 at 22:07