Radio Goree Network

Transmettez l'Information

Compagnie L’œil du Cyclône: Tatu ou la guerre du CHE au Congo

Compagnie L’œil du Cyclône: Tatu ou la guerre du CHE au Congo

Tatu ou la guerre du CHE au Congo

Tatu ou la guerre du CHE au Congo

Information transmise par Bruno Bové (Afrika Film Festival à Leuven -Belgique)

Compagnie L’œil du Cyclône

Burkina Faso – Côte d’Ivoire

En coproduction avec le Centre Culturel Français Georges Méliès

Tatu ou La guerre du CHE au Congo

Spectacle crée aux Récréâtrâles 2008.

Texte : Luis Marquès

Mise en scène : Abidine Dioari Coulidiaty

Scénographie : Dao Saada

Création Lumière : Sam Bapes

Réalisation vidéo : Sékou Traoré, Maïmouna Ndiaye, Luis Marquès.

Images : Omar Ouédraogo

Montage : Herman Ouédraogo

Son : Ilboudo Bertrand

Scripte : Aïda ouédraogo

Distribution :

Dieudonné Kabongo ou Charles Wattara, Sidiki Yougbaré, Noel Minoungou, Wilfrid Ouédraogo, Luis Marquès, Abidine Dioari Coulidiaty.

Régisseur image/ lumière : Abdoulaye Bamogo

Production : Association l’oeil du cyclone et le Centre Culturel Georges Méliès.

Partenaires : IMAGINE, Centre de Développement Chorégraphique La Termitière, Centre de presse Norbert Zongo (Burkina Faso), Centre Culturel Français de Brazzaville (Congo), Matsina Festival (Congo), Waato Balabala (République Démocratique du Congo), Centre Culturel Français de Kinshasa, Association les amis du Che (R.D.C).

Rermerciements

Au Congo : S E Dallagraye, Dieudonné Niangouna, Arthur, Audifax.

Au Congo RDC : Godefroi Tchamlesso, Docteur Mayengo Kulonda, Général Sika Tenda, Général Mwati, Docteur Marcel Kitenge, Patricio Nkumu, Ambroise Soumialot, Marcel Soumialot, Serge Wagni, Moise, Ados Dombassi, Léonie Abo, Jean Marie Aye.

Au Burkina Faso : Monsieur SARR, les Amis des Arts, les participants et organisateurs des Récréâtrales 2008, lt Cl Tianka kindo.

Tatu ou La guerre du CHE au Congo

Compagnie L’oeil du Cyclône

Burkina Faso / Côte d’Ivoire

Durée 1h30

………………………………………………………………………………………………….. L’histoire

1965. C’est l’histoire vraie et burlesque de la guerre fantôme du commandant Che Guevara au Congo.

Jeux de pistes, déguisements, intrigues et ratages, mystères et défaites, une à une les certitudes de l’idéal révolutionnaire sont retournées, vidées de leur sens face aux abîmes insondables des pratiques ancestrales.

La cohabitation étrange et parfois profonde, mystique, ou impossible entre les combattants cu­bains ( tous noirs sauf le Che ) et la population des montagnes du Kivu, échappent totalement aux prévisions du CHE.

Les échos dans le présent et les derniers témoins congolais ou cubains de cette période folle de l’histoire, sont encore là. Voilà pourquoi le spectacle est basé sur les recherches effectuées par l’auteur, auprès de ceux qui ont combattu avec le Che.

NOTE de L’Auteur

« Nous avons rêvé et crée sur le plateau, un spectacle qui mêle image filmée et théâtre, où les acteurs entrent et sortent de l’écran et continuent leur scène indifféremment à l’image ou devant le public… Passant du présent au passé, du réel au fantasmé, du dogme révolutionnaire au monde de l’invisible. .. Mais en essayant de ne jamais trahir les témoignages recueillis… ni leur humour. »

Luis Marquès

« Tous les hommes rêvent mais inégalement

Ceux qui rêvent la nuit

Se réveillent et voient que c’était pure vanité.

Ceux qui rêvent le jour

Ceux là sont des hommes dangereux

Car ils ont le pouvoir de faire de leur rêve une réalité »

T.E. Laurence

Tatu ou La guerre du CHE au Congo

Compagnie L’oeil du Cyclône

Burkina Faso / Côte d’Ivoire

Contexte historique

Depuis l’assassinat du premier ministre Patrice Lumum­ba en 1961, le Congo de l’indépendance est plongé dans le chaos.

Le gouvernement central du président Kasa Vubu, soutenu par les puissances occidentales, doit faire face à deux fronts de rébellion menés par le Comité National de Libération, d’inspiration communiste : l’un à l’ouest, dirigé par monsieur Mulele, ancien ministre de Lumumba et un sec­ond à l’Est, plus important, dirigé par Gaston Soumialot et Laurent Désiré Kabila.

Après avoir tenu un moment les deux tiers du pays, la contre offensive sanglante menée au mois d’août 1964 par les mercenaires du président Kasa Vubu et du chef d’Etat major Mobutu, a obligé les rebelles à quitter les villes qu’ils contrôlaient, pour se réfugier dans les montagnes de l’Est du Congo.

C’est dans ce contexte qu’arrive dans les montagnes du Kivu, en avril 1965, le Che Guevara, en grand secret, à la tête d’un contingent de soldats noirs cubains, sur-entraînés.

Le journal du Che au Congo commence par cette dédicace :

« A Bahaza et ses camarades tombés,

en cherchant un sens au sacrifice. » Ernesto Che Guevara

Tatu ou La guerre du CHE au Congo

L’équipe artistique

Luis MARQUES Auteur

Comédien et metteur en scène espagnol, titulaire d’une maîtrise en Anthropologie théâtrale à Paris III, il se rend pour la première fois en Côte d’Ivoire en 1991 effectuer des recherches sur le théâtre africain. . Il y rencontre Claude Bowré Gnakouri, comédien et metteur en scène égale­ment. Tous deux décident d’associer leurs talents et fondent l’Ymako Teatri en s’appuyant sur la tradition orale africaine et la recherche sur diverses formes théâtrales.

Durant quatorze ans, parallèlement à la recherche sur la tradition orale et le travail de sensibili­sation des populations par le spectacle vivant, Luis Marquès en tant que co-directeur de Ymako Teatri a poursuit l’expérimentation des formes d’expressions théâtrales.

Après La Légende de Kaïdara, Fama, Les Paléos, Contes et Courts et d’autres aventures comme la mise en scène de la cérémonie d’ouverture de la Coupe d’Afrique des nations 2002 au Mali, la création du Festival des Arts de la rue de Grand-Bassam (FAR) en Côte d’Ivoire, ou l’écriture de L’Oeil du Cyclone lors des Récréâtrales 2003, il vient s’installer au Burkina Faso en Mars 2005. il fonde l’association culturelle L’oeil du Cyclone (O.D.C.).

Il y retrouve les cavaliers avec lesquels il réalise un vieux rêve : un véritable spectacle équestre africain ce sera « la Geste des Etalons » ( 2006-2007 ).

ABIDINE COULIDIATY Metteur en scène

Très actif dans le milieu associatif dès son jeune âge, Dioari Abidine COULIDIATY fait ses premiers pas dans le théâtre au début des années 90.

En 1996 il fait la connaissance de Steven MACKIE, un comédien et metteur en scène Américain avec qui il commence une carrière dans le milieu du théâtre professionnel. Il intègrera plus tard le Théâtre de la Fraternité du Professeur Jean Pierre GUINGANE l’aidera à développer ses talents d’artiste-comédien. Dioari Abidine COULIDIATY a participé à plusieurs créations et a effectué plu­sieurs tournées nationales et internationales (Burkina Faso, France, Belgique, Mali, Ghana, Benin, Suisse …).

Fort de diverses expériences acquises auprès de metteurs en scène comme Jacques MATTHIES­SEN (Danemark), Roger NYDEGGER (Suisse), Jean Pierre GUINGANE (Burkina Faso), Charlie DE­GOTTE (Belgique), Renzo ELIZO (Italie), Eric LARSH (Norvège), Yumemi YUMIKO (Japon) et bien d’autres, il a franchi un nouveau palier depuis 2004, en faisant la mise en scène de pièces d’auteurs. Il est par ailleurs auteur de quatre pièces de théâtre: Entre le fer et l’enfer (2002), Les fossoyeurs (2004), Germes de folie (2007), Adieu Paris (2008). En 2008 il se voit confier la mise en scène de « TATU ou la guerre du Che au Congo » lors de la résidence de création Récréâtrales 2008.

Tatu ou La guerre du CHE au Congo

L’équipe artistique

Dieudonné KABONGO Comédien

Dieudonné Kabongo, cinéaste, comédien et poète congolais, vit à Bruxelles. Premier humoriste africain à s’établir en Belgique, Dieudonné Kabongo se bâtit très tôt une grande notoriété en gagnant des récompenses aussi prestigieuses que le Prix du Festival du Rire de Rochefort. Il est alors propulsé aux commandes d’émissions radio et TV où il assied sa stature internationale, notamment sur TV5, tout en menant une brillante carrière en musique, au théâtre et au cinéma. Il a joué au cinéma, parmi beaucoup d’autres films, dans le Damier ( 1996 ) de Balufu Bakupa, Lumumba de Raoul Peck (2000), Le couperet de Costa Gavras (2004 ) ou Juju Factory de Balufu Bakupa Kanyinda (2007). Au théâtre, il a joué entres autres, dans Atterrissage de Kagni Alem, ou ses One Man show Méfiez vous de Tsé sté ou L’invisible de Philippe Brasband et Astrid Mamina. Il fait un grand retour à la création en Afrique avec l’équipe de l’Oeil du Cyclone du Burkina Faso, aux Récréatrâles 2008, pour le spectacle Tatu ou la guerre du CHE au Congo.

Ou (en alternance)

Charles WATTARA Comédien

Né en 1964, Charles Wattara, comédien et metteur en scène, burkinabé après une licence en lettres modernes, se lance en 1990 dans la carrière de comédien, avec l’UNEDO et le Centre Culturel Georeges Méliès à Ouagadougou. Il suit de nombreuses formations avec des formateurs européens, Isabelle Labrousse ( France), Lars Erick Holter ( Norvège ), Serena Sartori (Italie ). Puis il entame une brillante carrière de comédien, entre autres dans : Une demande en mariage de Tchekov, La mort et l’écuyer du Roi de Wole Soyinka, le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, Monsieur de Pourceaugnac de Molière, le Tigre de Dario Fo. Egalement metteur en scène, il monte Je soussigné Cardiaque de Sony Labou Tansi, Racine de Cheick Oumar Keita, La danse du chacal d’après « Dieu d’eau » de Marcel Griaule, ainsi qu’un texte «écrit par lui : Wango.

Tatu ou La guerre du CHE au Congo

L’équipe artistique

Sidiki YOUGBARE Comédien

Sidiki est un acteur/danseur burkinabé. Il commence comme comédien au Théâtre de la Frater­nité en 2000 et se forme avec notamment, Prosper Zerbo(Ouagadougou), Roland Fichet (France), Eirik Nilssen Brøyn (Norvège), Eva

Doumbia (Côte D’Ivoire ), Monique Lucas (France) , Sylvie PAGENAUD (France),

Etienne Grebot et Ludovic Souliman (France), Alain Héma (Burkina Faso).

En tant que comédien, il joue dans les spectacles suivants : “Parenthèse de sang”

de Sony Labou Tansi, mise en scène de Jean Pierre Guingané (2000); “Entre le fer et l’enfer” de Dioari Abidine Coulydiaty, mise en scène de Tindano Mahamadou (2001); “Alors, tue-moi” de Aristide Tarnagda, mise en scène de Konaté L. Mohamed (2004); “Le Musée de la poule poilue”, texte et mise en scène de Pascal Rome (2005); “De l’Amour au Cimetière” d’Aristide Tarnagda, mise en scène Fabrice Imbert (France) (2006); “L’os de Mor Lam” de Biraogo Diop, mise en scène de Issaka Sawadogo (Burkina Faso) (2007).

“La soupe” spectacle de marrionnettes,de Alfred Dogbe mis en scène par luis Marquès. ( 2007)

Il écrit et joue dans “M’data m’man” mis en scène par Paul P. Zoungrana (2006).

Il rejoint la compagnie L’oeil du Cyclone, en 2007, pour le spectacle équestre « la Geste des Étalons. » de luis Marquès et Amadou Bourou.

Noël MINOUNGOU Comédien

Né le 25 déembre 1980 à Abidjan ( Côte d’Ivoire ). Comédien, musicien et chanteur, il entre en 2004 au Théâtre de la Fraternité, où il reste durant deux ans. Après de multiples stages et forma­tions aussi bien en danse qu’en chant et théâtre, il rejoint la troupe Empreinte d’Abidine Coulidiaty pour le spectacle « Adieu Paris ». il joue en 2007 dans « lien de sang » d’Atholt Fugard mise ne scène par Bomou Mamadou, il joue également dans le spectacle de « ça zappe » de sidiki Youg­bare. Il participe dès les première expériences sur « TATU ou la guerre du che au congo » en amont des récréaâtrales avec la compagnie l’Oeil du Cyclone.

Wilfrid OUEDRAOGO Comédien

Né le è octobre 1980 à ouagadougou ( burkina faso ), comédien et danseur, il fait ses premiers pas au théatre scolaire. En 1999 il intègre une troupe amateur dans le projet culture de quartier UNESCO, qui l’emmenera en tournée en Suisse.

En 2005 il intègre la troupe professionnelle du théâtre de la fraternité de Jean Pierre Guingané.

Il quitte après de nombreuses formations et stages professionnels la troupe d u Théâtre de la fraternité en 2007, il travaille depuis avec plusieurs compagnies telles que le Marbayassa ( « Naaba »), la compagnie Feeren ( « Diika ou le soupir d’une mère » ), le CITO ( « L’éléphant du roi ») en 2008 et il se lance pour la première fois avec la compagnie l’Oeil du Cyclone pour « TATU.ou la guerre du Che au Congo »

Tatu ou La guerre du CHE au Congo

Extraits de presse

Journal L’observateur / Barry Saydou Alcény

Abidine Coulidiaty a choisi de traiter cette rencontre sur un mode burlesque, et déroule pour nous, entre rire et dérision, cette rencontre qui fut un immense malentendu de part et d’autre.

Enfin, il faut saluer la maestria avec laquelle “Tatu” marie les images filmées et le jeu théâtral. En effet, il existe un continuum entre la narration filmique et la scène de sorte que l’on ne sait plus au terme de la représentation ce qu’on a vu à l’écran et ce qui appartient au théâtre. Réussite rare…

Journal Sidwaya / Ismaël Bicaba

Une création très originale qui fait naviguer le spectateur entre le conte, le cinéma et le théâtre, et le plonge dans l’univers révolutionnaire du CHE Guevara au Congo.

L’histoire qui se donne à vivre par les spectateurs (l’approche du public par le metteur en scène est une réussite) les plonge dans cet atmosphèrequi présente un CHE Guevara avec ses idées révolutionnaires et sûr de pouvoir les disséminer dans cette partie de l’Afrique qui navigue entre guerre, impérialisme et mythe.

L’Express du Faso / Firmin Ouattara

La mise en scène : un mariage combiné du théâtre et du cinéma.

Pour la mise en scène de ce projet, l’auteur a poussé plus loin son génie créateur en associant au spectacle théâtral une partie cinématographique.

FICHE TECHNIQUE

TATU OU LA GUERRE DU CHE AU CONGO

STRUCTURE : ASSOCIATION L’OEIL DU CYCLONE

NOM DU/ DE LA RESPONSABLE TECHNIQUE: LUIS MARQUES

ADRESSE : O4 B.P. 8922 Ouagadougou 04 burkina Faso

TÉL. : (226) 76 54 79 60

DÉCORATEUR : Dao Saada ÉCLAIRAGISTE : Sam Bapes

DURÉE DU SPECTACLE : 1H30

ENTRACTE : NON x

NBRE DE COMÉDIENS : 6

HOMMES : 6 FEMMES : 0

NOMBRE DE LOGES NECESSAIRES : 3

RÉGIE PLATEAU :

DIMENSIONS SCÈNE

Ouverture : 12 m Profondeur : 8 m

Hauteur du cadre de scène : normal largeur coulisses : 2 m

Accroches spéciales : emplacement et charge estimée : Non

IMPLANTATION DÉCOR :

Frontal x Bi frontal Autre

Au sol : une chaine Sur scène I chaîne, 4 cubes, une chaise

Hauteur : 3 m largeur : 8 m

MANIPULATION CINTRES EN SPECTACLE non x

MANIPULATION DÉCOR EN SPECTACLE Oui X

TAPIS DE DANSE AU SOL Oui non x

Dimensions : Coloris :

UTILISATION RIDEAU D’AVANT SCÈNE : Non x

PENDRILLONAGE : non

FRISES : Non

FOND : Noir

Utilisation de flammes ou d’artifices non

DESCRIPTION DU DECOR :

Un écran : hauteur : 3 m / largeur : 4 m

support écran : hauteur : 3 m / largeur : 5 m 60

Portes manteaux : 4 hauteur 1 m 80

Conditionnement :

Tubes carré en fer léger de 35 mm demontables, enballés en deux colis :

4 barre de 2 m

8 barres de 1 m 50

2 barres de 80 cm

1 barre de 1 m 85

8 barres de 80 cm

4 barres en « T » de 1 m sur 40 cm

Nombre de colis :

2 colis de barres de fer, 2 grandes malles de fer ( 1 m de longeur, 50 cm de largeur, 40 cm de hauteur ), 1 sac de costumes.

Poid total décors, costumes, accéssoires : 85 kilos

Moyens de transport : bagage accompagné

Ignifugation décor : oui (joindre certificat d’ignifugation) Non x

ACCESSOIRES :

Amenés par la compagnie : 12 sac de jutte, 3 fusils en bois, fibres végétales.

Un mini banc. Une guitare, petite percussion.

Une chaise à fournir sur place.

TATU ou la guerre du CHE au CONGO, fera sa première en Europe avec la scène nationale Théatre Dijon Bourgogne (France)

==================================@+

Bruno Bové – www.afrikafilmfestival.be | www.cubanismo.net – Culture

En complément, lire l’article publié par Bruno Bové sur ce site, le 20 mars 2009

==================================@+

Pour nous contacter via courriel, l’adresse est sur la photo. Notre adresse e-mail

Souhaitez-vous réagir : Réagissez !
Publié par Mbagnick Diouf, Pour Radio Goree Network / les griots du Web 2009

Categories: Art & Expo - Les Cultures d'Afrique - Outdoor