Radio Goree Network

Transmettez l'Information

Hommages!

… Les scribes savants… ils ont achevé leur vie, tous leurs contemporains sont tombés dans l’oubli. Ils n’ont pas érigé des pyramides d’airain aux stèles de fer, ils n’ont pas su laisser d’héritiers nés de leur chair, et qui puissent proclamer leur nom, mais ils ont laissé en guise d’héritiers les livres d’enseignements qu’ils avaient composés. Ils ont confié à leurs œuvres la mission d’être leurs prêtres funéraires, et leurs tablettes à écrire sont devenues leur « fils chéri », leurs ouvrages sont leurs pyramides, leur calame est leur rejeton et la pierre gravée leur épouse. Les puissants et les humbles sont devenus leurs enfants. Car le scribe, c’est lui leur chef. On leur avait construit des portes et des châteaux, mais portes et châteaux sont anéantis. Leurs « prêtres de doubles » ont disparu, leurs stèles sont couvertes de poussière, leurs tombes sont oubliées. On proclame cependant leurs noms à cause de l’excellence de leurs œuvres, et le souvenir des auteurs est eternel. Sois un scribe et mets ceci dans ton cœur pour que ton nom ait le même sort : plus utile est un livre qu’une stèle bien gravée ou qu’un mur solide. Il tient lieu de temple et de pyramide, pour que le nom soit proclamé… L’homme périt, son corps devient poussière, tous ses semblables retournent à la terre ; mais le livre fera que son souvenir sera transmis de bouche en bouche. Mieux vaut un livre qu’une solide maison, ou bien qu’un temple dans l’occident, mieux qu’un château fort encore ou qu’une stèle dressée dans un sanctuaire. … Ils ont passé les savants prophètes et leurs noms seraient oubliés, si leurs écrits ne perpétuaient leurs souvenirs.
Extrait du papyrus Chester Beaty IV, verso, époque dite « Nouvel Empire ».

Un autre témoignage: Celui de Cherubini, Histoire Universelle, Livre III

Ils dissent que les dieux ont récompensé leur piété par des avantages considérables comme de n’avoir jamais été soumis sous la domination d’un prince étranger…Les Éthiopiens disent que les Égyptiens sont une de leurs colonies qui fut menées en Égypte par Osiris. Ils prétendent que ce pays n’était au commencement du monde qu’une mer, mais que le Nil entraînant dans ses crues beaucoup de limon d’Éthiopie, l’avait enfin comblée et en avait fait une partie du continent…. Ils ajoutent que les Égyptiens tiennent d’eux comme de leurs auteurs et de leurs ancêtres, la plus grande partie de leurs lois ; c’est d’eux qu’ils ont appris à honorer les rois comme des dieux, et à ensevelir leurs morts avec tant de pompes ; la sculpture et l’écriture ont pris naissance chez les Éthiopiens… les Éthiopiens allèguent encore d’autres preuves de leur ancienneté sur les Égyptiens : mais il est inutile de les rappeler ici… » Cherubini, Histoire Universelle, Livre III, pages 337, 341, traduction abbé Terasson, 1758) cité par C.A. Diop : in Nations Nègres et Culture (Tome 1) 1979)

Thot